Architecture allemande

-A A +A

Les nouveaux quartiers de l'extension dessinée par Josef Stübben en 1902 occupent une superficie six fois supérieure à celle de la ville ancienne que l'urbaniste allemand a laissé intacte (ce qui n'a pas empêché certains propriétaires de plaquer une façade plus conforme au goût du jour sur leur maison de la rue du Four Banal ou de la place au Bois...). Si ce dernier s'est efforcé, comme il l'a expliqué dans le Deutsche Bauzeitung (14 juin 1902) de répondre aux nombreuses exigences des autorités militaires et civiles, il a aussi appliqué à Thionville un certain nombre des principes qu'il avait développé dans son oeuvre théorique. Ainsi la ville fut-elle avant tout structurée par le réseau d'une voirie à la fois développée et hiérarchisée. Les places et les principaux bâtiments publics sont venus interrompre les longues perspectives et animer dans un esprit " pittoresque " des quartiers traités sans symétrie systématique. Les plantations ou les jardinets précédant les maisons dans certains quartiers résidentiels ont aussi permis de varier les «  paysages » de la ville.

Le règlement d'urbanisme qui fixait des règles d'hygiène et de salubrité très strictes, comprenait aussi un certain nombre de normes, plus esthétiques, destinées à maintenir une unité entre les constructions, en premier lieu l'obligation de respecter le mode d'alignement prévu dans la rue. La hauteur des édifices était limitée en fonction de la largeur de la voirie et les éléments en encorbellement, nombreux dans l'architecture Wilhelminienne, strictement définis.

Imposant immeuble néo-gothique construit en 1904 à l’angle des deux grands axes du quartier est de la ville, les avenues Albert 1er et de Gaulle. On peut apprécier la polychromie des matériaux (pierre de Jaumont du soubassement et du décor architectural, brique émaillée blanche, ardoise).

Ancien Hôtel Schillerhof érigé à l’angle des rues Castelnau et d’Angleterre. Remarquable par l’ampleur de ses grands pignons chantournés, ses tourelles et ses pinacles, cet édifice est inspiré par la Renaissance allemande pour son parti d’ensemble.

 

-A A +A

Votre Ville

Espaces verts

Thionville obtient une 4e fleur

22 Nov. 2017

C’est désormais officiel ! Le Conseil National des Villes et Villages Fleuris a décerné à l’occasion du palmarès 2017 la 4e fleur à la Ville de Thionville.

Une belle consécration pour le travail réalisé par la commune ces 3 dernières années en matière de fleurissement, mais aussi de promotion du développement durable, de préservation et d’amélioration du cadre de vie, de l’aménagement paysager et végétal, de la gestion des espaces naturels, mais aussi de la propreté, du patrimoine, de l’animation et de la valorisation touristique.

Du 25 Nov. au 31 Déc.

 

 

Notre réseau institutionnel

La Ville de Thionville travaille en étroite collaboration avec ses partenaires locaux, régionaux et frontaliers.


Site Réalisé par

Intuitiv Secteur Public