La section d’investissement

-A A +A

Les opérations d’investissement s’inscrivent en grande partie dans le cadre de continuité de programme (A.N.R.U., transfert de l’école maternelle Poincaré …) et le lancement de nouvelles opérations (rénovation du pont des Alliés et du pont Schuman, lancement des études pour la passerelle et la rénovation du gymnase municipal …). Le volume du budget d’investissement 2018 est légèrement inférieur à 2017, et très nettement inférieur au budget 2015. Cette baisse est nécessaire afin de retrouver un niveau d’investissement en lien avec la capacité de la ville et des collectivités territoriales de même strate démographique.

Les dépenses d’investissement

Le tableau ci-dessous présente les principales natures de dépenses :

Dépenses B.P.2015 (hors reports B.P. 2016 (hors reports) B.P. 2017 (hors reports) B.P. 2018 (hors reports) Evolution 2017/2018
Dépenses d’équipement brut 17 965 231,68 € 9 748 025,00 € 11 451 130,00 € 10 358 352,00 € -9,54 %
- dont frais études, insertions, logiciels, etc. 689 420,00 € 519 900,00 € 775 000,00 € 566 300,00 € -26,93 %
- dont acquisitions 3 344 350,00 € 1 000 625,00 € 2 178 580,00 € 2 165 439,00 € -0,60 %
- dont travaux 13 931 461,68 € 8 227 500,00 € 8 497 550,00 € 7 626 613,00 € -10,25 %
Subventions d’équipement versées 285 435,00 € 346 000,00 € 211 750,00 € 555 300,00 € 162,24 %
Remb.emprunts et dettes assimilées 8 660 800,00 € 8 105 500,00 € 7 503 100,00 € 7 503 100,00 € 0,00%
Dépenses imprévues  145 999,51 € 150 000,00 € 150 000,00 € 150 000,00  0,00%
Déficit Investissement 2014 2 073 922,80 € -   € - € - €  
Avance Lot. Petite Lor.-St Exupéry + ANRU + divers 25 000,00 € 30 000,00 € 460 000,00 € 390 200,00 € -15,17 %
Autres dépenses (tvx.en régie, écritures patrimoniales, etc) 4 564 567,16 € 5 314 400,00 € 4 263 000,00 € 3 720 000,00 € -12,74 %
Total 33 720 956,15 € 23 693 925,00 € 24 038 980,00 € 22 676 952,00 € -5,67 %
Reports 2015 (car vote en avril avec le CA) 9 929 729,85 €        
Total BP 2015 avec reports 43 650 686,00 €        

Les nouvelles dépenses d’équipement brut, qui s’élèvent à 10,4 M€ correspondent à la fois à des poursuites et à des nouvelles opérations.

Outre l’objectif de maintenir une épargne nette positive et une capacité de désendettement maîtrisé, les axes prioritaires s’inscrivent dans le cadre d’un plan pluriannuel d’investissement de 95 millions d’euros sur 8 ans.

Le budget 2018 s’attache à répondre à l’évolution des besoins des usagers en améliorant la qualité des services, leur accessibilité et le cadre de vie de notre cité.

L’adaptation de la ville à ses usagers

Une nouvelle vision de la manière de servir : la démarche qualité et la gestion Relation Citoyen

La Ville s’engage depuis 2016 dans une démarche d’ampleur de modernisation de son action par le biais d’une démarche qualité. L’objectif est de redéfinir les manières de travailler en plaçant l’usager au cœur du dispositif. L’année 2018 sera consacrée au développement de l’accès numérique aux services de la Ville par la mise en place d’un « portail famille » (76 k€) et la dématérialisation des formulaires à destination des usagers, permettant ainsi un accès simplifié au service public. Le paiement en ligne sera également possible depuis le site internet. Ces développements se feront parallèlement à une mise à niveau de nos logiciels métiers offrant une rapidité supplémentaire dans le traitement des demandes.

La modernisation de l’administration est ainsi un axe de développement important de la stratégie de la municipalité.

L’accessibilité et les travaux de voirie et d’éclairage public

Outre les projets structurant la ville, d’autres investissements d’avenir sont prolongés en 2018. Il en sera ainsi, comme traditionnellement, avec un programme de grosses réparations de voirie ou encore la poursuite de la réparation du pont des Alliés et du pont Schuman (1M€) dont la dégradation est aujourd’hui très avancée. Ces travaux s’inscrivent dans la continuité de ceux opérés en 2017 et se prolongeront jusqu’en 2019.

Le budget consacré aux réparations de voirie et à la modernisation de l’éclairage public a été de plus revu à la hausse.

La rue de la Paix sera réhabilitée entièrement (225k€) afin de faciliter la circulation et le stationnement tout comme la rue Saint Urbain (180 k€), la chaussée et les trottoirs du chemin du Coteau (170 k€) ou la fourche des Jumeaux (150 k€) permettant ainsi l’enfouissement des réseaux.

Enfin, la renaturation des cours d’eau, notamment « le Nachtweidgraben » et le « WampichBach » sera poursuivie afin d’aménager l’espace en cohésion avec son environnement direct.

La prolongation de la politique de mise à niveau des équipements scolaires

En 2018, la Ville de Thionville poursuivra son action en faveur de l’accueil des enfants thionvillois en matière de scolaire et périscolaire. Ainsi, des investissements importants seront budgétés, tant en continuité d’opérations qu’en nouveaux programmes. La poursuite et la fin des travaux de reconstruction de l’Ecole maternelle et élémentaire Poincaré est budgétée à hauteur de 500 k€. La réhabilitation de l’école Beauregard sera en outre poursuivie : travaux de ravalement des façades en 2018 (225 k€) après les travaux de menuiserie effectués en 2017 dans une logique à la fois de confort des élèves et d’économie d’énergie.

Enfin l’école Jacques Prévert sera également valorisée par le remplacement des menuiseries (190k€).

La réhabilitation des infrastructures sportives et associatives

Le budget 2018 consacrera une bonne partie de ses investissements dans le domaine sportif, permettant aux usagers de pratiquer dans de meilleures conditions.

Ainsi, la couverture des vestiaires du gymnase Paul Dalmar sera refaite (35 k€), tout comme les vestiaires et sanitaires du stade de Guentrange (40 k€), ainsi que le terrain vert et l’éclairage du stade Bompard de Volkrange (100 k€).

Afin de répondre à un problème récurrent qui dure depuis trop longtemps, des travaux seront enfin programmés pour le confort thermique du complexe sportif de la Milliaire (283 k€). Cela permettra aux sportifs de pouvoir utiliser cet équipement tout au long de l’année.

Enfin, il sera proposé la construction des vestiaires et sanitaires de football du stade de La Plaine (550 k€).

Pour ce qui est de l’avenir, une étude sera menée en 2018 concernant la rénovation de la salle Jean Burger et du Gymnase municipal mitoyen (225 k€) afin de redonner à cet équipement de centre-ville son éclat. Il sera également proposé le lancement de la procédure pour la réalisation des tennis couverts sur le secteur Rives de Moselle (50 k€).

Concernant la vie associative, la municipalité proposera des travaux au bâtiment 7, rue des Tisserands, à Garche (116 k€).

Investissement dans l’espace public : construire le Thionville de demain

Aménagement urbain

Pour préparer la Ville de Thionville aux défis qui sont les nôtres aujourd’hui, la politique en matière d’aménagement urbain se développe encore en 2018. Diverses études et maîtrise d’œuvre seront nécessaires avant réalisation des aménagements. 2018 sera l’année phare concernant le P.L.U., prolongeant le travail mené en 2017 sur cette question en entamant les phases de concertation et de rédaction des documents. Le P.L.U. permettra d’assurer la visibilité de la cohérence voulue pour le territoire communal.

Dans un premier temps, le programme A.N.R.U. II se poursuivra avec la budgétisation de plusieurs études et des phases de concertation (125 k€).

Cette année verra également la poursuite d’une étude spécifique sur la redynamisation du centre-ville (100 k€) afin d’assurer au cœur de ville le rôle de moteur du commerce thionvillois et de la vie citoyenne.

Concernant le secteur Rives de Moselle (E.T.I.L.A.M.), l’ensemble des études concernant l’aménagement de la zone sera mené en 2018 (175 k€).

Pour ce qui est de la Rive Droite (secteur gare), diverses études (290 k€) permettront également de faire avancer le projet avec notamment la constitution du dossier de Z.A.C. et les études d’impact, mais aussi l’étude de faisabilité de l’implantation du N.E.S.T.

Travaux du domaine public et des espaces urbains

Dans le cadre de l’amélioration des entrées de Ville, la Porte de Saarlouis sera mise en lumière (60 k€). Le square René Schwartz sera également réhabilité pour l’agrément des riverains et des passants (330 k€).

Enfin, 2018 marquera le lancement des études concernant la passerelle modes doux au-dessus de la Moselle (250 k€), permettant ainsi de rejoindre le cœur de ville et le quartier gare. Dans le prolongement de cette dernière, une fois la vue dégagée par la démolition de l’ancien Centre Jacques Brel, la ville sera alors prolongée de ce nouveau quartier, réunissant d’un point de vue urbanistique les rives du cœur de ville.

S’ajouteront à ces investissements ceux engagés en 2017 mais non terminés. Le montant définitif sera connu lors de l’intégration du résultat 2017.

Par ailleurs, il est à noter que les dépenses d’investissement informatique passent sur le chapitre 204 « subvention d’équipement » dans le cadre du remboursement des frais engagés par le service commun de la C.A.P.F.T..

Enfin est budgété le versement de la 2ème annuité à l’E.P.F.L. pour l’opération du programme A.N.R.U sur Saint-Hubert (305 200,00 €) et pour le terrain rue des abattoirs (55 000,00 €).

Les recettes d’investissement

Le tableau ci-dessous présente les principales natures de recettes :

Recettes B.P.2015 (hors reports) BP 2016 (hors reports) BP 2017 (hors reports) BP 2018 (hors reports) Evolution 2017/2018
Emprunts et dettes assimilées 8 114 632,00 € 3 614 618,00 € 4 148 750,13 € 7 448 240,07 € 79,53 %
Subventions 5 688 806,87 € 3 748 608,00 € 1 875 170,90 € 1 916 421,00 € 2,20 %
Dot.et fonds divers (F.C.T.V.A., T.A) 2 199 999,12 € 2 400 000,00 € 2 500 000,00 € 1 650 000,00 € -34,00 %
Excédent de fonctionnement capitalisé 6 927 995,84 € 0,00 € 0,00 € 0,00 € - %
Produits des cessions 6 048 300,00 € 3 484 800,00 € 6 340 000,00 € 2 944 000,00 € -53,56 %
Virement de la section de fonctionnement 2 522 783,20 € 2 101 299,00 € 3 137 058,97 € 3 043 290,93 € -2,99 %
Amortissements   3 028 000,00 € 3 010 000,00 € 3 160 000 ,00 € 4,98 %
Autres recettes (opér.d’ordre et divers) 7 072 512,16 € 5 316 600,00 € 3 028 000,00 € 2 515 000,00 € -16,94 %
Total 38 575 029,19 € 23 693 925,00 € 24 038 980,00 € 22 676 952,00 € -5,67 %
Reports 2015 (car vote en avril avec le CA) 5 075 656,81 €        
Total BP 2015 avec reports 43 650 686,00 €        

Le virement de la section de fonctionnement s’établit à 3,043 M€ en 2018 à un niveau similaire à 2017. Celui-ci, avec les amortissements, traduit l’effort fourni par la collectivité pour dégager des marges de manœuvre en investissement, soit 6,2 M€ en 2018 contre 5,4 M€ en 2016.

Les subventions concernent les aides sollicitées et notifiées sur des opérations d’investissement à maîtrise d’ouvrage communal et du produit estimé pour les amendes de police (380 k€) non encore notifiées par l’Etat.

Les principales subventions concernent :

  • Subvention du Département, de la C.A.F. et de la C.A.F.P.T. pour la construction de l’école Poincaré : 837 k€ ;
  • Subvention de l’Etat (Fonds de Soutien à l’Investissement local (F.S.I.L.)), de la C.A.F. et de la région pour le périscolaire d’Elange: 424k€ ;
  • Subvention de l’Etat (Fond de Soutien à l’Investissement Local : F.S.I.L.) pour l’aménagement de pistes cyclables et pour le développement de l’accessibilité des bâtiments et de la voirie : 42 k€ ;
  • Subvention pour l’aménagement et les études de l’ANRU II : 90 k€ ;
  • Subvention de l’Etat (F.S.I.L.) pour la réhabilitation du 45 montée du calvaire : 52 k€ ;
  • Participation du Syndicat Intercommunal de Suivi  de la Concession de distribution Publique d’Electricité ( S.I.S.C.O.D.I.P.E.) (redevance R2) : 50 k€ ;
  • Subvention pour la restauration de la statue d’Apollon et du Vieux château de Volkrange : 11 k€.

Afin de rationnaliser son patrimoine, la Ville de Thionville proposera certaines ventes en 2018 estimées à 2,9 M€ : vente du bâti de l’opération Turenne, et des terrains rue de la Chenevière, chaussée d’Océanie et rue des Pyramides.

Le montant budgété en 2017 était exceptionnel du fait de ventes importantes.

Ces cessions permettront à la fois de dégager une ressource d’investissement et de générer des économies sur le fonctionnement.

Les autres recettes d’investissement concernent principalement :

  • Le Fonds de Compensation pour la T.V.A. (F.C.T.V.A.), qui permet de compenser, à un taux forfaitaire, la charge de T.V.A. que la Ville supporte sur ses dépenses réelles d’investissement. Pour l’année 2018, le F.C.T.V.A. s’élève à 1 000 k€ ;
    Le taux du F.C.T.V.A. a été relevé à 15,761 % en 2015 puis à 16,404 % à compter de 2016 (versement sur les dépenses 2015) afin de tenir compte du relèvement du taux normal de T.V.A. de 19,6 % à 20 % en 2014. En outre, à compter de 2017 (dépenses 2016), les dépenses d’entretien des bâtiments publics et de la voirie communale intégreront l’enveloppe du F.C.T.V.A. ;
  • La taxe d’aménagement devrait atteindre un niveau encore élevé en 2018 du fait des nombreux projets d’urbanisme en cours sur le territoire thionvillois : 600 k€ (+101% par rapport au BP 2014).

Enfin, compte tenu de la poursuite des efforts en fonctionnement, de la priorisation des  investissements retenus, et des cessions à réaliser, le recours à l’emprunt sera à hauteur du remboursement du capital de la dette, permettant certainement un léger désendettement fin 2018.

La gestion de la dette

L’encours de la dette

L’encours de dette Ville était de 79,2 M€ au 1er janvier 2015, et sera de 68,2 M€ au 1er janvier 2018, compte tenu de l’amortissement des prêts au cours des deux précédents exercices et du recours à l’emprunt à hauteur de 3 M€ en 2017.

Cet effort, nouveau depuis 6 ans, a ainsi permis après l’amorce de désendettement opérée fin 2015, de diminuer fortement l’encours de dette du budget Ville en 2016, conformément à la volonté de la nouvelle municipalité d’assainir les finances locales, tout en préservant l’intérêt général et en assurant une meilleure qualité de vie aux Thionvillois.

De manière consolidée (budget principal et budgets annexes), l’encours de dette sera de 87 M€ au 1er janvier 2018 (105 M€ au 1er janvier 2014).

Le désendettement sera beaucoup plus faible au cours de l’année 2018 avec un emprunt d’équilibre affiché au même niveau que le remboursement du capital.

L’objectif est de maintenir une capacité de désendettement inférieure à 10 ans, et de tendre d’ici 2025 à une capacité de désendettement pérenne proche de 7-8 ans.

Ceci s’inscrit de plus dans le cadre de la règle d’or instaurée par la loi de Programmation des Finances Publiques pour les années 2018 à 2022.

La structure de la dette

Si l’encours de dette de la Ville de Thionville est toujours très élevé avec un ratio de 1 611,00 € de dette par habitant, sa structure est relativement saine.

Les taux d’intérêts demeurent ainsi à un niveau très bas depuis maintenant quelques années du fait de la conjoncture internationale et nationale. Le budget de la Ville de Thionville bénéficie ainsi de ces taux extrêmement bas et affiche un taux moyen à 2,02 % fin novembre 2017.

La répartition de la dette est équilibrée entre part fixe et part variable.

Il est utile de préciser qu’aucun emprunt souscrit par la Ville ne relève de la qualification « d’emprunt toxique » et que la quasi-totalité des contrats de prêts ne présente aucun risque (classement 1A de la charte Gissler).

Enfin, la dette se répartit assez équitablement entre les différents organismes préteurs, avec l’entrée remarquée, depuis 2015, de la banque allemande : SaarLB.

Enfin, la dette se répartit assez équitablement entre les différents organismes préteurs, avec l’entrée remarquée, depuis 2015, de la banque allemande : SaarLB.

-A A +A

 

 

Notre réseau institutionnel

La Ville de Thionville travaille en étroite collaboration avec ses partenaires locaux, régionaux et frontaliers.


Site Réalisé par

Intuitiv Secteur Public