La section d’investissement

-A A +A

Les opérations d’investissement s’inscrivent en grande partie dans le cadre de continuité de programme (A.N.R.U., périscolaire d’Elange, transfert de l’école maternelle Poincaré ...). Le volume du budget d’investissement 2017 est légèrement supérieur à 2016, mais il est en nette diminution par rapport au budget 2015. Cette baisse est nécessaire afin de désendetter la Ville de Thionville.

Les dépenses d’investissement

Le tableau ci-dessous présente les principales natures de dépenses :

Dépenses B.P.2015 (hors reports B.P. 2016 (hors reports) B.P. 2017 (hors reports) Evolution 2017/2016
Dépenses d’équipement brut 17 965 231,68 € 9 748 025,00 € 11 451 130,00 € 14,87%
- dont frais études, insertions, logiciels, etc. 689 420,00 € 519 900,00 € 775 000,00 € 32,92%
- dont acquisitions 3 344 350,00 € 1 000 625,00 € 2 178 580,00 € 54,07%
- dont travaux 13 931 461,68 € 8 227 500,00 € 8 497 550,00 € 3,18%
Subventions d’équipement versées 285 435,00 € 346 000,00 € 211 750,00 € -63,40%
Remb.emprunts et dettes assimilées 8 660 800,00 € 8 105 500,00 € 7 503 100,00 € -8,03%
Dépenses imprévues  145 999,51 € 150 000,00 € 150 000,00 € 0,00%
Déficit Investissement 2014 2 073 922,80 € -   € - €  
Avance Lot. Petite Lor.-St Exupéry + ANRU + divers 25 000,00 € 30 000,00 € 460 000,00 € 93,48%
Autres dépenses (tvx.en régie, écritures patrimoniales, etc) 4 564 567,16 € 5 314 400,00 € 4 263 000,00 € -24,66%
Total 33 720 956,15 € 23 693 925,00 € 24 038 980,00 € 1,46%


Les nouvelles dépenses d’équipement brut, qui s’élèvent à 11,5 M€ correspondent souvent à la poursuite d’opérations.

Outre l’objectif de redressement des finances publiques de la Ville et son désendettement, les axes prioritaires concernent :

La modernisation de l’administration municipale

Sans entraîner de coûts importants d’investissement pour la Ville, la modernisation de l’administration est un axe de développement important de la stratégie de la municipalité. Aussi, de nombreux dispositifs verront le jour ou se trouveront renforcés pour rendre le travail des agents du service public plus efficace : faire mieux avec moins, tel est notre défi.

Une nouvelle vision de la manière de servir : la démarche qualité

La Ville s’engage depuis 2016 dans une démarche d’ampleur de modernisation de son action par le biais d’une démarche qualité. L’objectif est de redéfinir les manières de travailler en plaçant l’usager au cœur du dispositif : harmonisation des pratiques et des documents pour une meilleure lisibilité, mise en place du suivi et de la saisine par voie électronique, élaboration de « parcours usagers » visant à renseigner sur les délais et les procédures, développement d’un intranet pour faciliter le traitement et la mutualisation des informations, mutualisation des informations concernant les échanges avec les partenaires associatifs, développement d’un journal interne. Cette démarche à dimension participative implique les agents directement concernés en rapport avec les usagers, afin de répondre aux mieux à leurs besoins. Elle est accompagnée d’enquêtes de satisfaction et d’audits internes, une petite dizaine d’agents de catégorie C ayant été formés à ces pratiques.

La recherche d’un haut niveau de compétence : la montée en puissance de la formation

Forte de son plan triennal de formation, la collectivité mise sur la polyvalence de ses agents et sur le renforcement de ses compétences internes dans une logique de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences. Redéployer les compétences et la ressource humaine pour optimiser la capacité de travail, doter l’administration d’outils de souplesse (montée en puissance du plan annuel de mutation interne et de l’entretien professionnel), de transparence (fléchage des formations, critères de CAP) et d’harmonisation (cycle obligatoire de formation en intra pour l’ensemble de l’encadrement), tels sont les objectifs en matière de politique de ressources humaines, afin de répondre au mieux aux besoins des usagers sans augmenter la masse salariale. La diversité des parcours, les possibilités d’évolution et de mobilité et l’encouragement à développer ses propres compétences sont les préalables indispensables à l’implication de tous dans les projets de la municipalité.

La réhabilitation des infrastructures scolaires et associatives

L’importante mise à niveau des bâtiments scolaires

En 2017, la Ville de Thionville poursuivra son action en faveur de l’accueil des enfants thionvillois en matière de scolaire et périscolaire. Ainsi, des investissements importants seront budgétés, tant en continuité d’opération qu’en nouveaux programmes. Le périscolaire d’Elange sera en effet réalisé cette année, mais également le lancement des travaux de reconstruction de l’Ecole maternelle et élémentaire Poincaré. De plus, l’école Beauregard sera réhabilitée : toiture, fenêtres et façades, dans une logique à la fois de confort des élèves et d’économie d’énergie. En tout, ce sont plus de 3,3 millions d’Euros qui seront investis dans le secteur scolaire pour l’année 2017.

L’aménagement des locaux municipaux et associatifs

Pour l’année qui vient, des travaux sont également prévus en ce qui concerne les bâtiments à disposition des partenaires de la Ville.
En parallèle du périscolaire d’Elange, la salle municipale sera également réhabilitée. De même, les travaux seront poursuivis concernant le 45, montée du calvaire, avec la réhabilitation de la salle communale et de la salle de réunion située au-dessus.
Enfin, 2017 marque le lancement de la nouvelle procédure de concertation sur l’A.N.R.U. 2.

Travaux du domaine public et des espaces urbains

Outre les projets structurant la ville, d’autres investissements d’avenir sont prolongés en 2017. Il en sera ainsi, comme traditionnellement, avec un programme de grosses réparations de voirie et la poursuite de la réfection de la voirie Cours de Lattre de Tassigny, compensée par une recette équivalente. Enfin, la renaturation des cours d’eau, notamment «le Metzange» et « le Veymerange », mais également « le Nachtweidgraben » sera poursuivie afin d’aménager l’espace en cohésion avec son environnement direct.

Comme l’an passé, les travaux prévus viseront enfin à moderniser le parc d’éclairage public de la ville, actuellement grand consommateur d’énergie. Ces dépenses se réaliseront également au cours des prochains exercices budgétaires.

S’ajouteront à ces investissements ceux engagés en 2016 mais non terminés. Le montant définitif sera connu lors de l’intégration du résultat 2016.
Par ailleurs, est également prévu le versement d’une avance au budget annexe du Lotissement « La Petite Lor-Saint Exupéry » dans la limite de 200 000,00 €, afin de finaliser les travaux de viabilisation du lotissement et le versement de la 1ère annuité à l’E.P.F.L. pour l’opération du programme A.N.R.U sur Saint-Hubert (260 000,00 €).

Les recettes d’investissement

Le tableau ci-dessous présente les principales natures de recettes :

Recettes B.P.2015 (hors reports) BP 2016 (hors reports) BP 2017 (hors reports) Evolution 2017/2016
Emprunts et dettes assimilées 8 114 632,00 € 3 614 618,00 € 4 148 750,13 € 14,78%
Subventions 5 688 806,87 € 3 748 608,00 € 1 875 170,90 € -49,98%
Dot.et fonds divers (F.C.T.V.A., T.A) 2 199 999,12 € 2 400 000,00 € 2 500 000,00 € 4,17%
Excédent de fonctionnement capitalisé 6 927 995,84 € 0,00 € 0,00 € -%
Produits des cessions 6 048 300,00 € 3 484 800,00 € 6 340 000,00 € 81,93%
Virement de la section de fonctionnement 2 522 783,20 € 2 101 299,00 € 3 137 058,97 € 49,29%
Amortissements   3 028 000,00 € 3 010 000,00 € -0,59%
Autres recettes (opér.d’ordre et divers) 7 072 512,16 € 5 316 600,00 € 3 028 000,00 € -27,64%
Total 38 575 029,19 € 23 693 925,00 € 24 038 980,00 € 1,46%


Le virement de la section de fonctionnement s’établit à 3,1 M€ en 2017 contre 2,1 M€ en 2016. Celui-ci, avec les amortissements, traduit l’effort d’autofinancement fourni par la collectivité, soit 6,1 M€ en 2017 contre 5,4 M€ en 2016.

Les subventions concernent les aides sollicitées et notifiées sur des opérations d’investissement à maîtrise d’ouvrage communale et du produit estimé pour les amendes de police (380 k€) non encore notifiées par l’Etat.

Les principales subventions concernent :

  • Subvention de l’Etat pour l’opération d’aménagement Saint Hubert : 494 k€
  • Subvention pour les travaux d’huisserie de l’école élémentaire Poincaré dans le cadre de l’opération de traitement des points noirs du bruit subventionnée par l’ADEME: 450 k€
  • Subvention pour la réhabilitation du site des anciens Hauts-Fourneaux (Etat) : 158 k€
  • Subvention pour l’aménagement et les études à la Côte des Roses (A.N.R.U., Caisse des Dépôts et Consignation) : 119 k€
  • Subvention de l’ADEME pour l’installation d’une pompe à chaleur au Puzzle : 92 k€
  • Subvention pour l’aménagement du secteur « Perdrix Coteaux » (A.N.R.U.) : 60 k€
  • Subvention pour la restauration du retable des Augustins (D.R.A.C. et Fondation du Patrimoine)

Afin de rationnaliser son patrimoine, la Ville de Thionville proposera certaines ventes en 2017 estimées à 6,3 M€ : vente de l’ancienne auberge de Jeunesse et de la Maison Queneau, vente de terrains chaussée d’Amérique, à Elange, rue de la Croix Hépich et au niveau de l’îlot des Moulins Nouviaire, vente de bâtiment rue Saint Martin à Veymerange, et rue des Jardins fleuris (…).
Ces cessions permettront à la fois de dégager une ressource d’investissement et de générer des économies sur le fonctionnement.

Les autres recettes d’investissement concernent principalement :

  • Le Fonds de Compensation pour la T.V.A. (F.C.T.V.A.), qui permet de compenser, à un taux forfaitaire, la charge de T.V.A. que la Ville supporte sur ses dépenses réelles d’investissement. Pour l’année 2017, le F.C.T.V.A. s’élève à 2 000 k€.
    Le taux du F.C.T.V.A. a été relevé à 15,761 % en 2015 puis à 16,404 % à compter de 2016 (versement sur les dépenses 2015) afin de tenir compte du relèvement du taux normal de T.V.A. de 19,6 % à 20 % en 2014. En outre, à compter de 2017 (dépenses 2016), les dépenses d’entretien des bâtiments publics et de la voirie communale intégreront l’enveloppe du F.C.T.V.A..
  • La taxe d’aménagement devrait atteindre un niveau encore élevé en 2017 du fait des nombreux projets d’urbanisme en cours sur le territoire thionvillois : 500 k€.

Enfin, compte tenu de la poursuite des efforts en fonctionnement, de la priorisation des  investissements retenus, et des cessions à réaliser, le recours à l’emprunt sera encore nettement inférieur au remboursement du capital de la dette, permettant un nouveau désendettement en 2017 (-3,4 M€).

La gestion de la dette

L’encours de la dette

L’encours de dette Ville était de 79,2 M€ au 1er janvier 2015, et sera de 72,6 M€ au 1er janvier 2017, compte tenu de l’amortissement des prêts au cours des deux précédents exercices et de l’absence de recours à l’emprunt (hors reports) en 2016.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir


Cet effort, nouveau depuis 6 ans, a ainsi permis après l’amorce de désendettement opérée fin 2015, de diminuer fortement l’encours de dette du budget Ville en 2016, conformément à la volonté de la nouvelle municipalité d’assainir les finances locales, tout en préservant l’intérêt général et en assurant une meilleure qualité de vie aux Thionvillois.
De manière consolidée (budget principal et budgets annexes), l’encours de dette sera de 91,2 M€ au 1er janvier 2017.

Il continuera à diminuer au cours de l’année 2017, le remboursement du capital de la dette étant largement supérieur aux nouveaux emprunts.

La structure de la dette

Si l’encours de dette de la Ville de Thionville est toujours très élevé avec un ratio de 1 717,00 € de dette par habitant, sa structure est relativement saine.

Les taux d’intérêts demeurent ainsi à un niveau très bas depuis maintenant quelques années du fait de la conjoncture internationale et nationale. La Ville de Thionville bénéficie ainsi de ces taux extrêmement bas et affiche un taux moyen à 2,12 % fin octobre 2016.

La répartition de la dette est équilibrée entre part fixe et part variable.


Il est utile de préciser qu’aucun emprunt souscrit par la Ville ne relève de la qualification « d’emprunt toxique » et que la quasi-totalité des contrats de prêts ne présente aucun risque (classement 1A de la charte Gissler).

Enfin, la dette se répartit assez équitablement entre les différents organismes préteurs, avec l’entrée remarquée, depuis 2015, de la banque allemande : SaarLB.

-A A +A

Votre Ville

Information mairie

Réforme nationale du stationnement à partir du 1er janvier 2018

28 Déc. 2017

A partir du 1er janvier 2018, la dépénalisation du stationnement entrera en vigueur partout en France, en application de la loi dite MAPTAM (Modernisation de l'Action Publique Territoriale et d'Affirmation des Métropoles). A Thionville, le stationnement par horodateur, sans augmentation de tarifs, gagne en simplicité, en souplesse et propose des temps de gratuité plus longs à l’usager.

Du 18 Janv. au 19 Janv.
Musique

BIRDS ON A WIRE - la suite

Rosemary Standley & Dom La Nena

 

 

Notre réseau institutionnel

La Ville de Thionville travaille en étroite collaboration avec ses partenaires locaux, régionaux et frontaliers.


Site Réalisé par

Intuitiv Secteur Public