Le budget de la Ville

Face au défi imposé aux collectivités par l'État pour réaliser des économies, la municipalité a placé comme priorité absolue, le redressement des finances de la Ville.

 

-A A +A

Baisse des aides de l’Etat pour le fonctionnement de la ville de Thionville : 6M€ en 4 ans.

Graph de la baisse des aides de l'État à la Ville de Thionville

Si de gros efforts ont déjà été consentis pour l’année 2015, premier budget élaboré par la municipalité actuelle (pour la première fois en baisse sur l’ensemble de ses postes de dépenses), les deux années qui viennent supposent encore une accélération du rythme.
 

La structure du budget de fonctionnement 2016

Le budget de fonctionnement s’établit pour 2016 à 65,83 M€, soit une baisse historique de 8,64% par rapport à l’année 2015, qui marquait elle-même un tournant en termes d’économie.


Agir sur les dépenses : la priorité de la municipalité

Dépenses BP 2016 Evol/15 Evol/14
Personnel 34 334 849,00 € -1,36% -6,12%
Charges à caractère général 12 860 658,00 € -3,07% -16,55%
Charges de gestion courante 9 703 042,00 € -0,55% -28,49%
Charges financières 2 000 500,00 € -11,50% -20,03%
Charges exceptionnelles 321 585,00 € 3,45% -61,43%
Autres (dépenses d'amortissement, etc) 3 420 000,00 € 3,01% -5,83%
Atténuation de produits (reversements, F.P.I.C. ...) 1 084 500,00 € -81,30% /
Autofinancement 2 101 299,00 € -16,71% -62,48%
Total 65 826 433,00 € -8,64% -15,73%

 

Afin de rétablir une situation saine, la baisse des dépenses de fonctionnement est un préalable indispensable. C’est pourquoi la municipalité agit depuis 18 mois sur l’ensemble des postes de dépenses de la ville, tout en garantissant un niveau de service équivalent à la population thionvilloise.

Une politique volontariste de maîtrise des dépenses de personnel

Le premier poste de dépenses est évidemment le personnel, qui représente la moitié du budget. Par une politique drastique de non-remplacement des départs et de baisse des heures supplémentaires, rendue possible par une réorganisation des services, les dépenses de personnel sont en baisse de 1,36% pour 2016. Cette baisse est d’autant plus remarquable que les cotisations et la hausse mécanique des salaires vient diminuer d’autant l’effort fourni en la matière.

En 2 ans à peine, ce sont 6,12% de dépenses en moins qui sont inscrites à notre budget, soit plus de 2,2 M€ sur la masse salariale.


Des économies sur le fonctionnement du service public

Les charges à caractère général (électricité, maintenance, fournitures…) ont également été revues à la baisse de plus de 3% cette année encore.

Les charges de gestion courante, qui comportent notamment les subventions aux associations, sont désormais maîtrisées et connaissent une stagnation pour cette année, nos partenaires associatifs ayant déjà réalisé un effort conséquent en 2015.


Une dynamique de désendettement pour retrouver de l’élan

Face à la dette abyssale laissée par la précédente municipalité, il est primordial désormais de pour pouvoir financer les futurs projets. Ce désendettement, amorcé dès 2015, se poursuit par un effort très important en 2016, afin de retrouver son niveau de 2012.


Un effort partagé par tous

Ces efforts de rationalisation de nos services sont en cours et continueront pendant tout le mandat en cours, mais le rythme de la baisse des dotations (6M€ pour 2017) ainsi que la hausse des dépenses locales nouvelles incontournables (hausse mécanique des rémunérations et des cotisations, rythmes scolaires décidés par l’Etat, ouverture du 3ème Lieu… soit un total d’environ 3M€) vont au-delà des efforts réalisés par la ville. C’est pourquoi la municipalité, afin de sortir de la spirale de l’endettement, a décidé d’une hausse des impôts locaux. Cette hausse représente une estimation de recettes supplémentaires de l’ordre de 4,4M€, soit moins de la moitié de l’effort à fournir. L’autre moitié est évidemment le résultat des économies réalisées au quotidien, en plus du remboursement de la dette rendu possible par une politique d’investissement a minima.


Une politique d’investissement pour mettre sur rail le Thionville de 2020

Pour 2016, les dépenses d’équipement envisagées se situent autour de 10M€, soit deux fois moins que la moyenne de l’équipe précédente qui a conduit à un tel endettement.

La modernisation des outils du service public

L’objectif 2016 est de faire entrer la Ville de Thionville dans une nouvelle ère génératrice d’efficacité et d’économie : numérique, mise à niveau des équipements, dématérialisation des échanges avec les partenaires et les usagers, rationalisation des usages des bâtiments publics.

Il est donc prévu le développement de la politique numérique à l’égard des plus jeunes (55 k€) : développement du WIFI dans les établissements scolaires, équipements de nouvelles écoles en matériels numériques (Tableaux Blanc Interactifs et classes mobiles).

Des investissements majeurs débuteront de plus avec le commencement des travaux en vue du transfert de l’école Maternelle Poincaré et du périscolaire d’Elange.

Un nouveau site internet sera également réalisé, qui permettra à la Ville de se doter d’un outil de Gestion des Relations Citoyens assurant à la fois la diffusion de l’information, le lien avec les sites existants, la délivrance de documents et le paiement en ligne : une source d’efficacité et d’économie !

L’accompagnement de l’offre associative, sportive et culturelle

Afin de poursuivre l’accompagnement du tissu associatif thionvillois, une rationalisation des lieux d’accueil des associations sera enclenchée en 2016. Cela passera dans un premier temps par une mise à niveau de certains équipements (3ème Lieu, Tennis couvert du Parc, bâtiment associatif du 5 impasse des Hauts fourneaux, centre de loisirs nautique, vestiaire du stade de Veymerange…).

L’aménagement de l’espace public en vue de construire le Thionville de demain

Afin de préparer l’avenir, l’aménagement urbain est poursuivi notamment par le prolongement du programme A.N.R.U sur Saint-Hubert et par la réalisation du schéma directeur de la côte du Haut.

Un recensement des besoins concernant l’avenir de l’îlot Hélène Boucher est également prévu, de même que la signature de la convention sur la mixité sociale dans le cadre du Contrat de Ville.

Une étude urbaine en partenariat et cofinancée avec la S.N.C.F. sera lancée début 2016 concernant l’aménagement de la Rive droite.

Outre les projets d’aménagement urbain, d’autres investissements sont programmés en 2016, en continuité des programmes engagés en matière de réfection des voiries et de l’éclairage public, concernant les points noirs du bruit ou les renaturations de cours d’eau, ainsi que l’(aménagement d’un parking provisoire sur l’ancien site « CharThi » afin d’augmenter l’offre de stationnement du secteur gare, complètement saturé aujourd’hui.

-A A +A

 

 

Notre réseau institutionnel

La Ville de Thionville travaille en étroite collaboration avec ses partenaires locaux, régionaux et frontaliers.