Lutte contre les chenilles urticantes : la Ville de Thionville fait le point

-A A +A
22 Juin 2021

Depuis quelques jours, la Moselle est en alerte rouge. Les chenilles processionnaires ont pris possession des chênes. Présente en Europe centrale et du Sud, elle provoque des démangeaisons voire des symptômes plus graves, avec une forte poussée en cette fin de printemps.

En France, ses pullulations périodiques sont connues dans différentes régions (notamment Alsace, Lorraine, Bourgogne, Ile-de­France, Centre, Poitou-Charentes et Midi Pyrénées).

Quelles sont les causes de cette prolifération ?

Depuis quelques années, on recense de plus en plus de nids et tout particulièrement dans nos forêts. Les hivers rudes permettent habituellement de réduire massivement les œufs de ces chenilles. Or, ces dernières années, la douceur de la saison hivernale n’a pas permis d’éradiquer ce phénomène.

A partir de son éclosion en avril, cette chenille traverse 6 stades larvaires. Au 3ème stade, mi-mai, les chenilles se dotent de longs poils soyeux caractéristiques, mais aussi de poils microscopiques contenus dans des glandes et qui peuvent être éjectés en cas de stress de l’animal. Ce sont ces poils microscopiques et très durs qui peuvent voler sur plusieurs kilomètres, notamment en cas de fortes chaleurs. Ils contiennent une protéine toxique susceptible de déclencher des irritations de la peau et des muqueuses (démangeaisons, conjonctivites, toux irritatives, …), mais aussi parfois des réactions allergiques (urticaire, difficultés respiratoires, …), qui deviendront de plus en plus sévères si les contacts avec l’allergène se répètent.

Pour les randonneurs ou les riverains d’arbres infestés, le risque sanitaire est maximal en mai-juin. Les chenilles vivent en colonie et s'alimentent la nuit sur le feuillage. Pendant la journée, elles se rassemblent sur les feuilles et les rameaux, et confectionnent un tissage soyeux très léger dans lequel elles s'abritent et qu'elles abandonnent après chaque mue.

Le ban de Thionville comprend de nombreuses zones forestières, et notamment de chênes. La processionnaire du chêne se développe de préférence dans les peuplements clairs et en zone de lisière, mais en cas de pullulation elle peut coloniser des zones forestières de pleine futaie où elle provoque dans des secteurs de taille variable des défoliations qui peuvent être à l'origine de réductions de croissance. Elle peut consommer la première et la deuxième pousse de l'année, occasionnant jusqu'à la mi-juillet des défoliations dites tardives.

Par ailleurs, la disparition progressive des prédateurs de la chenille urticante explique également cette prolifération. C’est le cas de la mésange, qui peut se nourrir chaque jour de plus de 500 chenilles. Mais la dégradation de son milieu naturel a entraîné la raréfaction de cet oiseau.

Quelles sont les mesures mises en place par la Ville de Thionville ?

Depuis plusieurs années, afin de lutter contre cette pullulation, la Ville de Thionville met en place différents traitements, adaptés à chaque stade de développement des chenilles, lequel peut varier selon les conditions climatiques. Il n'existe aucun moyen de se débarrasser définitivement des chenilles. Les traitements sont à refaire chaque année. En effet, même si l'on détruit toutes les chenilles vivantes sur son terrain, nos arbres seront réinfestés l'année suivante par des papillons pouvant provenir de plusieurs kilomètres. Ces traitements annuels doivent donc être maintenus tant que des nids, et donc des papillons, existent dans notre région.

Dès le printemps, en mars et avril, les nids repérés à Thionville et en périphérie subissent un traitement phytosanitaire biologique (aérien ou terrestre) avec un insecticide biologique qui agit par parasitisme. Ce bacille naturel est respectueux de l'homme et des animaux, préserve la faune.

Au 5e stade de développement, lorsque la chenille est armée de ses poils, le parasite est moins efficace. Il faut alors passer à la lutte mécanique. C’est ce que le service des Espaces verts de la Ville effectue actuellement, sur les nids identifiés, notamment aux abords des écoles. Une opération délicate nécessitant du matériel de protection intégrale et qui consistent en enlever mécaniquement (brulage, aspiration, grattage …) les nids plaqués sur les branches.

Dans les prochains jours, une entreprise spécialisée va également intervenir, à la demande de la Ville de Thionville, avec une nouvelle technique biologique. L’application sur les nids d’une huile végétale, qui étouffe le lépidoptère.

Et lorsque les papillons ont éclos, la Ville de Thionville effectue une campagne de piégeage par confusion sexuelle. L’application d’une phéromone de synthèse dans les lieux de reproduction agit comme leurre auprès des papillons mâles.

Afin de lutter encore plus efficacement contre ce phénomène, la Ville de Thionville développe depuis plusieurs années, en partenariat avec les associations environnementales (Les Pieds sur Terre, La LPO), des ateliers de fabrication de nichoirs pour permettre la reproduction de la mésange. De nombreuses actions ont été notamment menées dans les écoles thionvilloises, dont certaines sont déjà équipées de ces nichoirs.

Afin d’inciter les particuliers à installer des nichoirs dans leurs jardins, la Ville de Thionville va développer des tutoriels à destination des réseaux sociaux, permettant à chacun de construire un habitat pour accueillir les mésanges .

Voici quelques consignes sanitaires

- Être vigilant lors des promenades en forêt.

- Porter des vêtements protecteurs (manches et pantalons longs, couvre-chef et éventuellement lunettes).

- Eviter de se frotter les yeux en cas d’exposition mais aussi pendant et au retour d’une balade.

- En cas de doute quant à une exposition aux poils des chenilles, prendre une douche et changer de vêtements en rentrant.

Quelques conseils aux riverains de forêts ou d’arbres infestés

- Ne pas faire sécher le linge en extérieur surtout par temps venteux.

- Laver soigneusement les fruits et légumes du jardin

- En cas de doute quant à une exposition aux poils des chenilles, prendre une douche et changer de vêtements.

- Les personnes précédemment atteintes par les chenilles urticantes doivent éviter tout nouveau contact car des réaction s de plus en plus sévères sont à craindre.

Quels sont les symptômes si vous avez été ou êtes exposés à des poils de chenilles urticantes ?

Par leur structure particulière, les poils s'accrochent facilement à la peau ou aux muqueuses et provoquent des réactions irritatives et inflammatoires (notamment de l’urticaire) accompagnées ou non de réactions allergiques.

Les poils apparaissent sur les chenilles aux alentours de la mi-mai et jusqu’à la fin du mois de juin

En cas de contact avec la peau :

Apparition dans les huit heures d'une éruption douloureuse avec de sévères démangeaisons. La réaction se fait sur les parties découvertes de la peau mais aussi sur d'autres parties du corps. Les poils urticants se dispersent aisément par la sueur, le grattage et le frottement ou par l'intermédiaire des vêtements.

En cas de contact avec les yeux :

Développement après 1 à 4 heures d'une conjonctivite (yeux rouges, douloureux et larmoyants).

En cas de contact par inhalation :

- Les poils urticants irritent les voies respiratoires. Cette irritation se manifeste par des éternuements, des maux de gorge, des difficultés à déglutir et éventuellement des difficultés respiratoires.

En cas de contact par ingestion :

Il se produit une inflammation des muqueuses de la bouche et des intestins qui s'accompagne de symptômes tels que de l'hypersalivation, des vomissements et des douleurs abdominales.

Comment traiter ces symptômes ?

La plupart des symptômes sont dérangeants mais peuvent être traités de manière symptomatique.

En cas de contact avec la peau :

- Enlever tous les vêtements et les manipuler avec des gants,

- Laver les vêtements à la température la plus élevée possible et les sécher dans la mesure du possible au sèche-linge,

- Laver la peau abondamment à l'eau et au savon,

- Eventuellement se servir de ruban adhésif pour décrocher les poils urticants de la peau, un peu à la manière d'une épilation,

- Brosser soigneusement les cheveux si nécessaire,

- Les médicaments antihistaminiques peuvent soulager les démangeaisons. Consultez un médecin en cas de forte éruption cutanée.

En cas de contact avec les yeux :

- Les yeux doivent être rincés à l’eau claire, idéalement dans un cabinet médical.

En cas de contact avec les voies respiratoires :

- L'évaluation des symptômes respiratoires se fait par un médecin. Celui-ci donne un traitement adapté aux symptômes.

En cas d’ingestion de poils :

- Diluer la quantité de poils ingérés en buvant un grand verre d'eau. On peut tenter d'enlever les poils de la muqueuse de la bouche en raclant prudemment à l'aide d'une spatule ou d'une compresse ou en les "épilant" à l'aide de ruban adhésif.

En cas de symptômes légers, consultez votre médecin traitant ou un médecin généraliste.

N’appelez le 15 ou consultez un service d’urgences uniquement en cas d’apparition de signes graves tels que : vomissements, malaise, vertiges, difficultés à déglutir, difficultés respiratoires ou atteinte sévère des yeux.

-A A +A
Sport & jeunesse

On se bouge cet été à Thionville

Du 07 Juill. 2021 au 31 Août 2021

Des animations sont proposés en juillet et août pour tous les publics.

Cliquez pour découvrir le programme !

Haut de page

 

 

La Ville de Thionville travaille en étroite collaboration avec ses partenaires locaux, régionaux et frontaliers.


Site Réalisé par

Intuitiv Secteur Public